blabla | Cher Journal

J’aime pas Noël

By on 24 décembre 2019

J’aime pas Noël, ça me rappelle que j’ai pas tellement de bons souvenirs de cette période. Chez nous, Noël, c’est 5-6 personnes maximum, sans le moindre parent au delà du deuxième degré, réunies devant la sacro-sainte télévision en attendant que minuit sonne. Vient alors le grand moment « solennel » où ma mère coupe le son de la télévision (sans l’éteindre, n’exagérons pas) et où toute la famille est pendue à ses lèvres le temps d’une prière. Ladite prière est l’occasion de nous rappeler combien notre vie est merdique et a l’air de durer des milliers d’années (contre 5 minutes environ, en réalité). Comprenez qu’un tel rituel ne me fasse pas rêver et que, depuis quelques années, je m’efforce de ne pas fêter Noël.

Oui je m’efforce, car en société ce n’est pas toujours admis ni facile d’assumer qu’on ne fête pas Noël, un peu comme révéler qu’on a coupé les ponts avec sa mère, ça ne se fait pas. Il y a toujours quelqu’un pour vous dire que quand même, vous pourriez faire un effort et au moins aller rendre visite à votre chère famille, parce que la famille on n’en a qu’une hein ou pour vous inviter à fêter Noël dans sa famille car on n’a pas le droit d’être seul à Noël. C’est adorable, mais je n’ai juste pas envie de fêter Noël avec des inconnus susceptibles de me demander, même avec la plus grande bienveillance, pourquoi donc je ne fête pas Noël avec les miens et qui risquent de se trouver confus (et moi encore plus) au moment de l’ouverture des cadeaux quand ils se rappelleront que personne n’a de cadeau pour la pièce rapportée de dernière minute. Evidemment, si j’étais en couple depuis un petit moment et invitée à fêter Noël au sein d’une belle famille que j’aime et qui m’aime, je ne me ferais pas prier. Mais aujourd’hui ce n’est pas le cas et ce n’est pas grave.

Donc, non je n’irai pas passer le temps devant BFM avec ma mère pour faire croire ensuite que j’ai passé de joyeuses fêtes. Non. Je ne vais pas non plus faire croire à mes collègues, à l’instar de mon coloc, que j’ai fêté Noël pour éviter les questions subsidiaires potentiellement gênantes. Y a quelques années, je l’aurais fait. Quand j’étais au collège ou au lycée, pour faire comme tout le monde, j’inventais des cadeaux de Noël, généralement de l’argent de poche car peu vérifiable. Effectivement, ça évitait d’attirer trop l’attention sur moi, mais aujourd’hui j’estime avoir passé l’âge de ne pas assumer ce genre de choses.

Je suis ravie pour ceux qui fêtent Noël et qui ont l’air de vivre des moments mémorables et chaleureux, je les envie, ça a l’air bien franchement. J’espère qu’un jour j’en aurais aussi, en attendant je refuse de faire comme si. J’aimerais juste qu’on respecte ça, fêter Noël c’est super pour plein de gens, mais pour d’autres c’est juste une période angoissante et longueeeee, qui n’en finit pas, entre les calendriers de l’avent, les newsletters, promotions et concours en tout genre…

Chaque année depuis 2-3 ans, je rêve de m’échapper loin durant cette période des fêtes, chaque année ce n’est pas le bon moment ou je n’ai pas suffisamment anticipé. Pourvu que l’année prochaine soit la bonne. En attendant, je retourne à ma soirée Netflix /chocolat chaud, c’est pas tous les jours que j’ai l’appart à moi toute seule, vidé de mes trois autres colocataires.

Continue Reading